Finances

Le livret A moins utilisé par les ménages français

Comment indiqué sur le site web de Détective Banque, les livrets d’épargne constituent le moyen principal utilisé par les français pour créer un patrimoine. Cela s’explique par le fait qu’ils sont sans risque et tout à fait rentables pour certains profils. Parmi les plus prisés au cours des dernières années, le livret A permet de profiter de nombreux avantages. Si 86% des ménages en possédaient il y a 3 ans, le taux d’utilisation de ce produit d’épargne a beaucoup baissé pour cette année. Que disent les statistiques à ce sujet et quelles sont les causes d’une telle baisse d’utilisation ? Zoom sur l’analyse de l’Insee sur l’emploi du livret par les ménages français.

Les statistiques concernant le livret A

Bien qu’il soit en baisse, le taux d’utilisation des livrets défiscalisés reste le plus élevé parmi les nombreux produits d’épargne que l’on peut trouver sur le marché. En effet, ce taux est actuellement de 84% et est suivi de près par le taux d’utilisation de l’assurance vie, de l’épargne logement et des autres produits d’épargne qui sont respectivement de 39%, 38% et 15%. Parmi ces livrets défiscalisés, le livret A détient toujours la première place avec une préférence de 73% des foyers. Si les chiffres restent positifs, on remarque tout de même une diminution de 2% du taux d’inscription.

Discordance entre les statistiques bancaire et l’Insee

Si l’Insee constate une baisse d’utilisation du livret A suite à son analyse, ce n’est pas le cas de l’OER. En collaboration avec la Banque de France, cet observatoire de l’épargne réglementée a en effet mis en avant une utilisation de 82% pour les foyers français. Comparée aux résultats de l’Insee (73%), il y aurait plutôt une augmentation de la détention du livret A. Cet écart est principalement dû aux critères d’analyse pris en compte par chaque entité. L’Insee se base sur des conditions précises telles que le montant détenu sur le livret par exemple. Le fait que certains foyers ne mentionnent que les livrets qui leur sont bénéfiques a également influencé les résultats des différentes études menées sur le sujet.

Pourquoi les inscriptions sont-elles en baisse ?

Toujours selon l’Insee, la baisse d’utilisation du livret A est dû à différents paramètres. Parmi les principales causes mises en avant, il y a par exemple le manque d’engouement pour ce livret auprès des jeunes foyers. L’inscription n’étant plus un réflexe automatique pour la création d’un patrimoine, les moins de 40 ans préfèrent se tourner vers d’autres produits d’épargne.

Une baisse de taux

Les inscriptions au livret A ont diminué à cause de la baisse des taux d’intérêts proposé par les banques. Si le taux était de 2,25% en 2015, la plupart des établissements bancaires actuels utilisent un taux de 0,75%. A cause de l’inflation, le taux de rendement pour certains comptes est même devenu négatif ! Les professionnels du secteur bancaire estiment toutefois une hausse des taux pour l’année 2020 mais cela ne rend pas le livret A plus attractif pour le moment…

Zoom sur la loi Eckert

La loi Eckert met en avant deux dispositions qui poussent également les foyers à préférer d’autres produits d’épargne que le livret A. C’est notamment le cas du dispositif de contrôle interdisant la détention de plusieurs livret A pour une seule personne. Depuis deux ans, la mise en vigueur de la loi concernant l’inactivité des comptes et épargne a également permis à la Caisse des Dépôts de réduire le nombre de livrets A disponibles. Durant la première année d’utilisation de ce dispositif, plus de 4,5 millions de livret A inactifs ont ainsi été versés dans les caisses. Quant à l’année dernière, le nombre des avoirs qui y ont été déposés s’élèvait à plus 565 000.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *