Finances

Comment changer de comptable et quand le faire ?

Il peut arriver que vous ne soyez pas satisfait de votre consultant, mais que vous ne trouviez pas le courage de le changer pour vous appuyer, par exemple, sur un autre professionnel à la fois hors ligne et en ligne. Les raisons peuvent être différentes : parce que le comptable est un ami, a un studio à proximité ou nous a été recommandé par un membre de la famille.

Changer de consultant, cependant, est très simple et il ne faut pas avoir peur ; avec les bonnes proportions, c’est comme changer de coiffeur. Les règles à suivre sont peu nombreuses : la première est d’être juste avec ceux que l’on veut abandonner.

Comment changer de consultant ?

La première étape pour changer de comptable est la révocation de la mission qui lui a été confiée. Cependant, il faut vérifier si cette opération a eu lieu verbalement ou avec un document écrit.

Si conféré verbalement il n’y a pas de problèmes particuliers, vous n’avez qu’à communiquer la nouvelle décision. Dans ce cas, il est toujours conseillé d’aviser le consultant à l’avance par une communication écrite, afin d’éviter les malentendus et les demandes du comptable pour des honoraires injustifiés.

Si, d’autre part, la cession a été signée avec un acte, des conditions peuvent avoir été fixées pour la révocation. Dans cette situation, vous n’avez pas à vous soucier des raisons, la seule chose qui compte est de respecter le timing convenu.

Les déclarations de l’année du passage

L’un des problèmes qui se pose le plus fréquemment, dans le passage de l’affectation de l’ancien professionnel au nouveau, consiste dans l’établissement et l’envoi des déclarations relatives à l’année au cours de laquelle celle-ci intervient.

Normalement, ceux-ci sont de la responsabilité de l’ancien comptable. Cependant, la rupture de la relation peut produire des problèmes sur la compétence des déclarants. Il est possible que l’ancien consultant en charge rechigne à s’acquitter de toutes les obligations dues et que le nouveau comptable Saint-Gilles entre dans le jeu plus tôt que prévu.

Dans la résiliation, il convient donc de préciser si les obligations fiscales et comptables en cours restent à la charge de l’ancien consultant afin d’éviter tout malentendu.

Prenons un exemple pour être plus clair sur ce qui vient d’être dit.

Si nous décidons de changer de comptable au 1/1/2022, en nous appuyant sur un nouveau consultant, ce dernier prendra en charge notre situation et toutes les déclarations concernant la même année.

Ces déclarations seront effectivement transmises à l’administration fiscale en 2023.

Pour toutes les obligations 2021, qui doivent être remplies du printemps à l’été 2022, le professionnel précédent devrait s’en occuper. Les obligations visées sont :

  • La déclaration de TVA
  • La déclaration PARI
  • La déclaration d’impôts
  • Le modèle 770
  • La certification unique

Comme prévu, ces obligations devraient être exécutées par l’ancien consultant, mais il peut arriver qu’il refuse de les exécuter même si c’est à ses frais.

Comment changer de comptable et quand le faire ?

Que faire après le changement de comptable ?

Après le changement de comptable, dans les 30 jours, le client doit aviser l’Agence des revenus. Ce sera le même consultant, à qui vous vous êtes confié, d’informer le fisc.

En effet, il est nécessaire de communiquer le lieu de conservation des pièces comptables, qui, si elles ne coïncident pas avec le siège social de l’entreprise, comme cela arrive habituellement, seront certainement déposées au bureau du professionnel auquel la comptabilité a été confiée.

Dans le cas d’un régime forfaitaire, aucune tenue de livres n’étant exigée par la loi, il n’y a généralement pas d’indication du dépositaire des pièces comptables.

Les avantages d’un comptable en ligne

De nombreux comptables ont aujourd’hui révolutionné leur profession en commençant à proposer également des services de conseil en ligne. Il y a ceux qui ont complètement fermé le canal traditionnel et sont passés à Internet, et ceux qui ont des clients à la fois proches et lointains grâce aux applications et aux plateformes dans le cloud.

De plus, au cours des 10 dernières années, des sociétés de conseil aux entreprises, des outils informatiques et de formation se sont également répandus en Belgique, qui en plus de fournir des contenus de formation (vidéos, diapositives, ebooks, textes) met à disposition des abonnés au logiciel portail, applications et outils de gestion des obligations comptables et administratives directement en ligne ; en outre, s’ils le souhaitent, il est également conseillé au client d’avoir en charge un professionnel qui, de manière indépendante et avec ses propres pouvoirs d’entratel autonomes, se chargera de rédiger et de transmettre les obligations requises par la loi, étant délégué par le client.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *