Santé

Vapoter augmente le risque d’infarctus ?

Le vapotage, ou utilisation de la cigarette électronique, a aidé de nombreux fumeurs à réussir leur sevrage tabagique. Ceci est un fait avéré ce qui suppose que c’est un dispositif performant et sain.

Attention toutefois, car cet appareil est aussi une porte d’entrée pour les non-fumeurs dans le tabagisme ou vers des maladies liées au vapotage. En effet, même si on a beau dire que l’e-cigarette est plus saine que la cigarette conventionnelle, c’est la seule comparaison où elle est bénéfique. Si on doit la comparer à l’usage de substitut nicotinique ou seulement à la non-utilisation du tabac, elle devient plus dangereuse. Certaines études ont même fait le lien entre elles et l’augmentation des risques d’infarctus. Voici ce qu’il en est …

Les avantages de la cigarette électronique

Que vous utilisiez un kit de cigarette électronique de 200 w ou d’une puissance inférieure, ce dispositif procure les mêmes avantages :

  • Il permet de retrouver les mêmes gestuels réconfortants et les mêmes sensations que ceux délivrés par la clope traditionnelle
  • Il permet de retrouver le goût du tabac, mais en plus sain vu qu’il n’y a pas de combustion générant la production de goudron, d’ammoniaque, de particules fines, d’acétone et de monoxyde de carbone
  • Il peut faire office de substitut nicotinique si vous l’utilisez avec un e-liquide contenant de la nicotine. Comme le taux de cette dernière est limité dans les e-liquides et comme l’absence de combustion implique une absorption lente par l’organisme, les risques de dépendance existent, mais sont très faibles

Face à ces avantages indéniables, on peut aisément confirmer que la cigarette électronique est saine, mais seulement pour les anciens grands fumeurs à condition qu’ils n’associent pas tabagisme et vapotage. Chez les personnes qui n’ont jamais fumé ou qui associent ces deux addictions, le danger les guette.

Les méfaits de la cigarette électronique

Ces derniers mois, de nombreux vapoteurs se sont plaints des effets secondaires qu’occasionne la cigarette électronique. Ils se plaignent notamment d’irritations de la gorge, de déshydratation, de sècheresse au niveau de la bouche, de vertiges et étourdissements, de nausées et vomissements, … Après leurs investigations concernant cela, les professionnels ont déterminé que ces conséquences sont rattachées aux différents composants des e-liquides et plus précisément du glycérol et de la nicotine. Or, les vapoteurs ont la possibilité d’éviter ces éléments en optant pour un e-liquide sans nicotine et où le glycérol est remplacé par de la glycérine végétale.

Quand on parle des méfaits de la cigarette électronique, ces effets secondaires sont toutefois peu importants, car à part eux, le dispositif occasionne des dégâts plus importants dont l’augmentation des risques d’infarctus.

  • L’infarctus :

En effet, selon des chercheurs, le vapotage quotidien augmente les risques cardiaques à raison de 3, 6 % de risque en plus chez les vapoteurs moyens et 6, 1 % de plus chez les grands vapoteurs. Et quand on parle de ceux qui associent tabagisme et vapotage, les risques sont cinq fois plus accrus encore.

L’association de la clope classique et de la clope électronique est donc fortement déconseillée, car les effets du tabac prennent toujours le dessus et les effets de l’e-cigarette ne font que les accroître.

Cette association va souvent de pair avec un taux de cholestérol élevé, des antécédents d’hypertension, le diabète et l’âge avancé, mais même sans ces symptômes, il est conseillé de rester prudent.

  • Les altérations au niveau des voies respiratoires :

Après une comparaison établie entre des vapoteurs et des personnes qui n’ont jamais fumé ou vapoté, les scientifiques ont également découvert que la cigarette électronique endommage des voies respiratoires.

Chez les anciens fumeurs qui ont déjà des poumons endommagés, cet effet néfaste ne se remarque pas ce qui a fait penser que le dispositif est sans risques, mais chez des personnes ayant des poumons en bon état et qui ont commencé à vapoter, l’exposition quotidienne à la vapeur entraîne des dommages au niveau des cellules.

Il en va de même chez les vapoteurs passifs c’est-à-dire ceux qui ne vapotent pas d’eux-mêmes, mais qui sont régulièrement exposés à la vapeur exhalée par des vapoteurs présents dans leur entourage.

Il convient de souligner que les risques mesurés sont faibles, mais vu le manque de recul que l’on a sur ce dispositif, on ne peut pas encore savoir ses effets sur le long terme.

  • Les risques de cancer et l’altération de l’ADN :

Le vapotage est également pointé du doigt pour engendrer une altération au niveau de l’ADN. C’est pour cela qu’il est à proscrire chez les femmes enceintes sans compter qu’il engendre également des troubles sur le système nerveux du fœtus.

En ce qui concerne les risques de cancer, il a été démontré qu’à partir d’une certaine température de chauffage, la vapeur dégagée peut contenir du monoxyde de carbone et des particules fines lesquels sont sources de cancer. Heureusement, il est possible de ne pas dépasser cette température seuil ce qui permet d’éloigner ces risques.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *