Environnement

Taille sévère d’un arbre : les secrets pour bien réussir cette opération délicate

La taille sévère d’un arbre est une véritable mutilation du végétal et ses conséquences sur le bien-être et la santé de ce dernier sont assez graves. Elle ne doit donc pas être effectuée que dans des cas extrêmes et selon une technique spéciale.

La taille sévère d’un arbre, qu’est-ce que c’est ?

Le principe de base que vous devez connaître à propos de l’élagage d’un arbre, c’est que ce procédé a pour objectif principal la maîtrise de sa croissance et l’entretien de sa physionomie. Deux types de taille sont pratiqués par un expert en élagage tel que cet élagueur professionnel dans le 78 : la taille douce, d’une part et la taille sévère, d’autre part. Comme son nom l’indique, la taille douce se traduit par la suppression des branches mortes et malades et elle est pratiquée dès le plus jeune âge du végétal. La taille sévère, par contre, a pour finalité principale la modification de la forme de l’arbre, d’où son appellation de taille de restructuration.

Lorsqu’on procède à la taille sévère, on coupe des branches de grandes dimensions par ce que l’arbre a déjà atteint l’âge adulte. Il en résulte alors des plaies béantes s’étalant sur une grande superficie de l’écorce. La taille de restructuration n’est opérée que lorsqu’il y a des nécessités impérieuses, principalement lorsque certaines des branches sont susceptibles de tomber sur une maison ou si elles menacent la sécurité des personnes qui circulent à proximité. Elle est également indispensable si la flèche du végétal ou certains de ses bois sont en contact avec des fils électriques haute tension.

La taille sévère : des conséquences irrémédiables pour le végétal

Compte tenu de l’ampleur des plaies résultant de la taille sévère, il est très fréquent que le bois central pourrisse. Sa décomposition trouve son origine dans les maladies et les champignons qui pénètrent à travers la plaie non cicatrisée. Et même si une cicatrice se forme, une longue période s’écoule avant qu’elle ne soit complète. Outre les champignons, de nombreux parasites contribuent à l’affaiblissement du végétal.

La taille sévère modifie complètement également la circulation des sèves. Elle ne peut donc plus s’alimenter convenablement et les repousses sauvages apparaissent rapidement. Difficiles à gérer, ces dernières modifient profondément la structure de l’arbre.

Tant que vous avez le choix, ne procédez jamais à la taille sévère d’un arbre adulte que lorsque la réglementation en vigueur ou des questions de sécurité vous y obligent.

Quelles sont les règles à observer lors d’une taille sévère d’un arbre ?

Si vous vous appliquez lors de la taille sévère d’un arbre, vous pouvez le préserver des maladies et d’une mort quasi certaine. Pour cela, vous devez respecter le principe relatif au volume maximum de couronne pouvant être enlevé. Pour rappel, ce volume ne doit en aucun cas dépasser les 30 % pour permettre d’assurer la photosynthèse après la coupe.

Autant que possible, ne coupez pas les branches de taille importante. Il n’est pas possible pour le végétal d’assurer une cicatrisation complète si la branche dispose d’un diamètre de plus de 5 centimètres. Si vous devez y procéder, ne coupez jamais plus de deux branches de grande dimension pour ne pas trop affaiblir l’arbre.

Pour ce qui est de la coupe proprement dite d’une branche, procédez de manière à ce que celle-ci soit inclinée. De cette manière, les tissus avoisinants seront toujours irrigués et les eaux de pluie seront évacuées.

En dernier lieu, pensez à utiliser des matériels adéquats. Non seulement ces derniers doivent être bien tranchants, mais ils doivent également être stérilisés préalablement avec de l’alcool. C’est la meilleure solution pour réduire les risques de maladies.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *