kits solaires
Maison

Comment fonctionne un kit solaire ?

De plus en plus de Français se plaignent de l’augmentation continuelle du coût de l’électricité. La libéralisation du marché de l’énergie n’améliore pas non plus la situation, ce qui oblige plus de personnes à se tourner vers l’énergie solaire qui est gratuite, renouvelable et illimitée. Pour pouvoir l’exploiter, il faut d’abord se munir d’une installation photovoltaïque. Grâce aux évolutions opérées dans ce domaine, il existe désormais sur le marché des kits solaires qui facilitent grandement l’installation. Toutefois, il convient de connaître son mode de fonctionnement pour en prendre soin.

La présentation d’un kit solaire

On distingue généralement deux types de kits solaires pour les installations solaires autonomes et les installations solaires en autoconsommation. Les systèmes indépendants requièrent l’utilisation d’une batterie pour stocker le surplus d’énergie, ce qui augmente considérablement le coût de déploiement. Les montages en autoconsommation sont donc les plus plébiscités.

Les kits solaires en autoconsommation sont constitués de panneaux photovoltaïques, de convertisseurs ou de régulateurs, de coffret pré-câblé et de disjoncteur. Vous retrouverez aussi dans le pack des rouleaux de câbles pour les différents branchements. Pour les installations autonomes, vous avez en plus de ces matériaux, des batteries et un compteur si vous souhaitez connaître la quantité d’énergie produite.

La mode de fonctionnement des kits

Le principe de fonctionnement de tous les kits solaires est identique. Les rayons du soleil sont captés et transformés en courant continu grâce au panneau photovoltaïque. Le convertisseur se charge ensuite de transformer ce courant continu en courant alternatif, qui sera distribué dans votre réseau électrique. Le surplus de la production est stocké dans les batteries, pour les installations autonomes.

En ce qui concerne les installations en autoconsommation, l’énergie produite par l’installation solaire est envoyée à votre compteur Enedis, pour alimenter votre réseau domestique. Celle-ci est directement consommée au fur et à mesure qu’elle est produite et n’est pas stockée pour une utilisation ultérieure. Ainsi, lorsque votre installation solaire est en sous-production, votre fournisseur fait un complément pour fournir la quantité d’électricité nécessaire. Les personnes disposant d’installation fournissant plus d’énergie que nécessaire peuvent choisir aussi de revendre le surplus de production.

Une installation en autoconsommation ne vous permet donc pas d’être totalement indépendant de votre fournisseur d’énergie. Celle-ci prend le relais la nuit lorsque la production d’énergie solaire est au point mort. De même que pendant les périodes froides, où les rayons du soleil sont presque inexistants.

Les inconvénients des systèmes solaires autonomes

Le véritable inconvénient des systèmes autonomes est la batterie chargée de collecter le surplus de production. Hormis le coût de l’équipement qui augmente fortement les frais du kit, son entretien lui aussi revient cher. Cela affecte donc la rentabilité du projet qui est pourtant l’objectif recherché dans son acquisition.

De plus, une batterie doit respecter des cycles de charges et décharges permanentes pour pouvoir durer dans le temps. Ce qui n’est pas possible avec les climats tempérés de France. En été, période de forte production, elle sera toujours chargée, alors qu’en hiver, période de faible production, elle sera toujours vide.

Il est aussi impossible de compter sur le solaire toute l’année à cause des périodes froides. Le recours à une autre énergie ou à un fournisseur conventionnel sera donc obligatoire à un moment donné. C’est ce qui justifie l’adoption massive des kits solaires en autoconsommation.

Les étapes pour installer un kit solaire

Avant de choisir un kit panneau solaire, vous devez d’abord évaluer la consommation de votre ménage. Pour une installation en autoconsommation, c’est la consommation en journée qui est calculée, puisque le réseau d’Enedis prend le relais la nuit. Vous pouvez mesurer cette donnée sur votre compteur. Une autre solution est de multiplier la puissance de chaque appareil par le nombre d’heures d’utilisation en journée. Il suffit ensuite de faire la somme pour connaître la consommation moyenne du ménage pour cette période. Ensuite, vous pourrez procéder à l’achat du kit.

Avant d’installer vos panneaux, vous devez d’abord identifier le lieu adéquat, ainsi que l’inclinaison nécessaire pour profiter d’un meilleur ensoleillement. Pour l’installation des divers équipements, une notice est livrée avec le pack, servez-vous-en et suivez les instructions qui y figurent. Toutefois, pour la mise en place d’un système en autoconsommation, il y a des démarches administratives à opérer.

Il vous faut demander une autorisation de travaux auprès de la mairie. Vous devez aussi déclarer votre installation auprès d’Enedis. Pour les kits devant générer une puissance supérieure à 3 kW, il s’agit d’une demande d’autorisation. Il va donc falloir attendre la réponse avant de raccorder votre installation solaire au réseau de distribution. Vous devez aussi demander un Consuel qui garantit la conformité de vos installations électriques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.